postheadericon Historique

Dès le jeune âge déjà, je me suis intéressé dans le bétail, l’abattage, le découpage et toute sorte de travail dans ce domaine. Comment serait-il autre ment ?  Et maintenant, nous sommes déjà à la quatrième génération. On dirait tout simplement : « c’est dans le sang ».A la maison déjà, dans le cadre familial, c’était pour nous le sujet de causerie de tous les jours, de deux côtés de mes parents : mes oncles et tantes.  Du côté de ma mère, c’étaient des marchands de bétail et bouchers ; et du côté de mon père, c’était plus la boucherie et la charcuterie.


J’avais à peine 6 ou 7 ans quand je suis parti visiter le bétail (les vaches) dans l’un des pâturages de mon parrain Omer Maddens en Flandre Occidentale. Chaque lundi, j’accompagnais mon père à la campagne ou au marché de bétail acheter une vache et des porcs pour les abattre chez-nous à la maison, étant donné que nous avions un abattoir privé chez nous. Et pendant la période des vacances, j’accompagnais toujours mon oncle Jules à de différents marchés de bétails (Ypres, Courtrai, Bastogne ou Ciney) acheter des vaches grâces, mais surtout des vaches maigres pour les engraisser dans notre ferme.

 

Lire plus? Appuyez içi!

 
Choisissez votre langue
NederlandsFrançaisEnglish
PVF
  • PVF-CONSULTING
  • PVF-CONSULTING
  • PVF-CONSULTING
  • PVF-CONSULTING
  • PVF-CONSULTING
  • PVF-CONSULTING
  • PVF-CONSULTING
  • PVF-CONSULTING
Dans la presse

 

inthepress